Brassage de bière maison

Comment faire de la bière ?

Comment faire de la bière ? comment brasser de la bière ? Comment faire sa bière à la maison ? Comment brasser chez soi ? Quels équipement de brassage ? Apprendre à faire de la bière ? Découvrir et faire du brassage domestique.

Brasser de la bière à la maison est facile. Si tu peux faire des crêpes, tu peux faire de la bière. Le plus dur n’est pas de commencer, mais de s’améliorer. Il y a des styles plus faciles pour commencer le brassage, d’autres qui demanderont plus de rigueur dans les étapes, ou encore d’autres qui demanderont des conditions très particulières.

REMARQUE : Il s’agit d’un aperçu de la fabrication de la bière de base pour le brassage à domicile. Les étapes seront détaillées du plus que possible, mais chaque recette est différente en fonction du style de bière, des ingrédients, du matériel, de ton eau de brassage, du nombre de litres… enfin bref, ne prend surtout pas peur, tout va bien se passer ! 😏

Les 8 étapes pour faire de la bière


Étape 1 : La préparation

Pour bien commencer, le brasseur doit être irréprochable sur l’hygiène. La partie sanitaire est essentielle pour ne pas gâcher tout ton travail. Tout le matériel ou ingrédients qui entreront en contact avec le brassin doivent être soigneusement stérilisé à l’aide de produit spécifique. La moindre bactérie ou champignon seraient susceptibles de transformer vos bouteilles en grenades.

Étape 2 : L’empâtage

A ce stade, l’objectif va être de transformer les amidons contenus dans les malts en sucres fermentescibles. On intègre alors les céréales dans de l’eau chaude à l’alentour des 64 et 66 degrés Celsius afin d’en extraire un liquide chargé en sucres. Ces sucres seront essentiels pour que les levures puissent les transformer en alcool.

A la fin de cette étape, tu obtiendras ce que l’on appelle le moût.

Étape 3 : Le rinçage ou lavage des drêches

Ce processus sert à laver et à filtrer les drêches (malt vidé de son sucre). Cette étape est importante pour extraire le maximum de sucre qui serait encore présent dans les céréales.

Avec un peu plus d’expérience, on parlera de rendement pour parler du pourcentage d’extraction des sucres des malts, c’est important pour estimer la quantité de malt de départ.

À la fin de cette étape, le moût contenu dans la cuve d’empâtage est transférée dans la cuve d’ébullition. Souvent le même récipient que la cuve d’empâtage lorsque l’on débute.

Étape 4 : L’ébullition (et infusion)

Une fois que tu auras filtré, ton moût sera porté à ébullition en le faisant bouillir 1 h à 1 h 30 aux alentour de 100 °C. Il est important d’avoir un thermomètre précis, avec une alarme réglable pour anticiper les débordements. Le moût étant sucré, il peut dépasser les 100 °C et au-delà de 103 °C une mousse se forme, pouvant faire déborder (d’autant plus lors de l’ajout des houblons).

La phase d’ébullition démarre donc lorsque le moût bout ! A ce moment, vous pourrez activer le minuteur pour ajouter les différents houblons, aux différents stades de l’ébullition. L’infusion des houblons en début de cette étape apporteront de l’amertume. S’ils sont incorporés sur la fin, ils amèneront alors plus d’arômes.

Étape 5 : Le refroidissement

C’est une étape délicate qui s’amorce, celle du refroidissement du moût. Il faut que le liquide refroidisse le plus rapidement possible et dans des conditions les plus stériles possibles. Autour dès 40 °C, c’est l’environnement parfait pour inoculer des potentielles infections, alors tout doit être propre !

En fonction du style et surtout de votre levure, la valeur de température à atteindre est aux alentours des 20°C. généralement, les indications se trouvent derrière le pochon de levure.

Étape 6 : La fermentation

La fermentation est une étape qui fait souvent poser beaucoup de questions et même couler beaucoup d’encre chez les brasseurs amateurs.

Une fois que le moût sera refroidi, tu le transvaseras dans la cuve de fermentation, dans laquelle tu mettras ton sachet de levure. La fermentation commencera dans les 12 à 24h suivantes, tu entendras le barboteur faire son glouglou. S’il ne le fait pas, pas d’inquiétude, ça ne veut rien dire.

Une fois la cuve fermée et la fermentation commencée, ne prends plus le risque d’ouvrir ta cuve au risque de perdre tous tes efforts.

Une fois cette étape terminée, félicitation ! Tu as fait le plus gros et il va falloir t’armer de patience pour la phase de fermentation qui durera entre 5 et 7 semaines.

Étape 7 : Le sucrage et le soutirage

La fermentation primaire est terminée, les levures ont consommé ce qu’elles avaient à manger et la densité s’est stabilisée. Tu peux alors ressucrer le moût soit dans la cuve ou le seau directement (déconseillé en débutant), soit mettre directement dans chaque bouteille (plus fastidieux, mais plus homogène). Attention, il faut bien respecter le grammage pour avoir la carbonatation parfaite (la pression et les bulles). Si tu ne mets pas assez de sucre, ta bière manquera de bulle, si tu en mets trop, tes bouteilles risques d’exploser.

Il ne te restera plus qu’à remplir tes bouteilles, les capsuler et les mettre en phase de garde pour quelques semaines supplémentaires.

Étape 8 : La garde

C’est le moment où tu vas devoir trouver de la place, celui où tu stock ta binouze le temps qu’elle mature.

En fonction du style et de la recette, il y a des températures et un temps de garde préconisé. Il est toujours intéressant de voir comment évolue dans le temps ses bières. On peut être surpris d’une bière qui était de base imbuvable au bout de trois semaines de garde et qui devient excellente les mois qui suivent. Testez, apprenez ! Telle est la devise pour faire de la bière. 😉

Les différentes méthodes de brassage pour faire sa bière

Pour faire sa bière à la maison, on distingue trois méthodes chez les brassam, avec plus ou moins de difficulté et de personnalisation sur la recette. Il existe les kits, l’extrait de malt et le brassage tout grain.

Le brassage en kit est sûrement le meilleur moyen pour débuter sans se prendre la tête avec tous les détails. C’est plus rapide, moins salissant et cela permet d’avoir un premier aperçu du monde du brassage amateur (= brassam).

Le brassage avec extrait de malt permet de mettre un peu plus les pieds dans le brassam. Il est possible de choisir son extrait de malt, son houblon et sa levure. Évidement, je te conseille de prendre une recette que tu retrouveras dans des livres ou même que proposent des grandes brasseries. Vous êtes un peu plus maître de votre recette, sans encore trop s’embêter avec l’empâtage.

Le brassage tout grain est la méthode la plus complexe des trois. Elle reprend toutes les étapes évoquées en première partie et vous permettra de vous familiariser avec le « vrai » brassage de la bière. Même si elle paraît compliquée, n’ais pas peur de t’aventurer là-dedans. C’est sûrement là où tu t’éclateras le plus à choisir les ingrédients, copier les recettes d’une brasserie artisanale, tester différentes méthodes pour chaque étape, choisir le nombre de litres brassés… bref, c’est sûrement pour cette méthode que tu deviendras un brassam averti ! Le brassage de la bière, le vrai !

Quel matériel pour faire de la bière ?

Les éléments indispensables pour faire de la bière sont :

  • Une (ou plusieurs) cuve ou seau de fermentation pour former ton stock,
  • Un densimètre et son éprouvette,
  • Un auto-siphon,
  • Un fourquet (ou longue cuillère),
  • Un thermomètre (recommandation : sonde rôtissoire avec fil et alarme pour le temps et température),
  • Des bouteilles ou des fûts
  • Une grande casserole (10L mini), une cuve d’empâtage ou une bouilloire pour évènement (grand volume)

Dans le matériel qu’il faut avoir pour un meilleur confort de brassage :

  • Des barboteurs,
  • Une ceinture chauffante (pour garder les cuves de fermentation à température l’hiver),
  • Un serpentin ou une plaque de refroidissement raccorder à une arrivée d’eau (pour refroidir rapidement,
  • Une balance précise au mg,
  • Chaussette de houblonnage (filet)
  • Un PH-mètre,
  • Un réfractomètre

Bien sûr, la liste est non exhaustive et dépend du confort de chaque brasseur. Il est sympa de se tenir au courant de ce qu’il existe pour faire de la bière, mais garde en tête que chaque achat est un investissement et que ça te prendra de la place. Il y a donc des accessoires de brassage dont on peut se passer.

1 réflexion sur “Comment faire de la bière ?”

  1. biere, eau, brassage, fermentation, malt, kit, faire, maison, bieres, mout, bouteille, temperature, etape, brasser, fabrication, bouteilles, houblon, levure, alcool, materiel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.