La liste de matériel pour le brassage

Le matériel décrit ici te permettra de te faire une idée de tout ce qu’il te faut pour brasser ta bière maison.

Brassage : L’étape de la préparation


Pour l’étape de préparation du brassage, il est nécessaire d’avoir :
 Un récipient pour contenir le malt (prévoir son volume en fonction de la quantité de bière voulue, cf ligne suivante).
 Le malt : mélange de trois malts différents en proportions bien définies.
o Le malt de base (Münchener 15 EBC).
 Quantité : entre 70 et 100 % du total.
o Le malt caramel (Cara-red 40 EBC).
 Quantité : entre 10 et 15 % du total.
o Le malt torréfié (Chocolate 900 EBC).
 Quantité : entre 1 et 5 % du total.
Le calcul des proportions sera défini avant la fabrication (voir tableau concernant les quantités de malt en fonction du degré souhaité et le rendu final de la bière).
 Le houblon (Cascade) sous forme de cônes :
o Quantité : entre 10 à 15 g. Il faudrait normalement 15g de houblon amer et 10 de houblon aromatique mais nous avons choisi un houblon polyvalent à la fois amer et aromatique. On fera donc 2 houblonnages séparés pour assurer les deux fonctions du houblon.
 Des sachets de 6 g de levure (Brewferm Top) :
o Quantité nécessaire définie lors de la lecture de la densité initiale du moût juste avant l’étape de fermentation (voir étape de refroidissement).
 Une quantité d’eau suffisante pour la préparation du moût et le lavage des drêches (minérale de préférence).
 Un concasseur pour le malt.
 Des produits pour la stérilisation.
 Un thermomètre précis au dixième de degré serait l’idéal.
 Un pH-mètre précis au dixième voire centième d’unité de pH.

matériel de brassage
Ingrédients de brassage

Brassage : L’étape d’empâtage


 Une cuve pour l’étape d’empâtage et de cuisson, en acier inox si possible. Son volume sera calculé plus loin. On peut avoir une cuve pour l’empâtage et une pour la cuisson (mais en transvasant dans un récipient intermédiaire pendant le filtrage, on pourra se contenter d’une seule cuve).

Brassage de la bière
Empâtage

Brassage : L’étape de la fermentation


 Une cuve pour l’étape de fermentation. Elle peut être en plastique et son volume sera calculé plus loin également. Il est avantageux d’avoir un robinet en bas de la cuve.
 Un barboteur. Il nous permettra d’évacuer le gaz carbonique produit lors de la fermentation tout en protégeant le contenu de la cuve de l’air extérieur. Cela sous-entend la nécessité de fermer hermétiquement la cuve de fermentation.
 Du sucre candi serait l’idéal. On pourra prendre du sucre de cuisine basique. Le sucre candi est en fait un sucre qui refroidit lentement à partir d’un sirop pour former de gros cristaux. Le sirop peut-être obtenu à partir de différents sucres comme le sucre de canne ou de betteraves par exemple. Sa cristallisation lente permet apparemment de lui apporter plus d’arôme. Il faudra se mettre d’accord sur le choix du sucre ou d’un mélange de sucres différents.
 Des bouteilles pour recevoir le produit final (opaques de préférences et résistantes).
 Des capsules au bon diamètre en fonction des bouteilles.
 Un système de refroidissement. Il est vivement conseillé de disposer d’un système permettant de refroidir rapidement le moût afin de limiter les risques de contamination durant l’étape de refroidissement.
 Une passoire ou un filtre (en acier ou en plastique). La filtration doit permettre de récupérer toutes les drêches après l’empâtage et aussi de pouvoir faire passer de l’eau au travers pour rincer ces dernières.
 Un densimètre pour évaluer la densité du moût. Il doit nous donner la densité du moût en % vol, en degré ou en échelle Plato (se référer à l’étape de fermentation pour plus d’information).
 De la teinture d’iode. Celle-ci est nécessaire pour contrôler la quantité d’amidon durant la phase de saccharification.
 Un système pour soutirer le moût. Un siphon avec une tige de remplissage convient.
 Si nécessaire, on pourra employer un clarifiant pour rendre la bière moins trouble. Des feuilles de gélatine vendue dans le commerce permettent cela si on les ajoute pendant la fermentation de garde (après transformation dans l’eau).
 Une balance. Elle doit autoriser une pesée jusqu’à plusieurs kilos (en fonction du malt apporté) et au mieux être précise au gramme près (pour le houblon, les levures et le sucre). Sinon, il faudra employer 2 balances différentes.
 Un système pour chauffer à une température d’une centaine de degrés environs et dont la puissance est réglable avec facilité.
 Une grande cuillère en bois, en inox ou en plastique pour brasser la maische pendant l’empâtage et la cuisson.
 Des récipients pour placer les différents ingrédients avant leur ajout.
 Il peut être pratique d’avoir un filet qui contiendrait le houblon durant la cuisson. On peut ainsi limiter la quantité d’impuretés qui se trouveront dans la cuve.
 Il est conseillé d’avoir un tamis (type cuisine) pour écumer et récupérer les impuretés à la surface du moût.
 Il est indispensable d’avoir l’heure ou un chronomètre…

fermentation de la bière
Fermentation de la bière

En plus du matériel, il est intéressant d’avoir à disposition une pièce dont la température est contrôlée (, ainsi qu’un dispositif permettant de conserver la cuve de fermentation au frais pendant plusieurs jours ou semaines (chambre froide ou réfrigérateur entre 6 et 10°C).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.